• Pro à Pro
      Je commande en ligne

La lutte contre le gaspillage alimentaire

Chaque année en France plus de 3,4 milliards de repas sont distribués par les restaurants collectifs. Pour cette raison, consommer mieux et avec des portions adaptées est aujourd’hui un enjeu majeur.
La France s’est engagée à réduire de 50% le gaspillage alimentaire d’ici 2025 par le pacte national et la loi Anti-Gaspillage et pour l’Economie Circulaire (AGEC). La restauration collective publique et privée joue un rôle clé dans la transition alimentaire. Pro à Pro vous accompagne dans cette démarche.

1 -  Quels sont les causes du gaspillage alimentaire ? 

Les causes du gaspillage alimentaire sont multiples :
• Des menus inadaptés aux besoins des convives,
• Une surévaluation des quantités cuisinées,
• Des erreurs de manipulation ou de stockage liées à une gestion non planifiée,
• Des portions mal adaptées aux faims, lié à un manque d’accompagnement des convives, 
• Des consommateurs n’appréciant pas certains plats.

2 - Quelles sont les mesures prévues par la loi EGALIM pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans la restauration collective ? 

La lutte contre le gaspillage alimentaire est un des principaux enjeux de la loi EGALIM et poursuit des engagements initiés dans le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire signé en 2013.
Retour sur les principales mesures amorcées ces dernières années :
• Le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire établi en 2013 qui a pour but de réduire de 50% le gaspillage alimentaire d’ici 2025. 
• La loi du 17 août 2015 concernant la transition énergétique pour la croissance verte qui impose à la restauration collective publique une démarque de réduction des pertes alimentaires. 
• La loi anti-gaspillage alimentaire dite loi Garot en 2016 : elle prévoit l’interdiction de détruire les denrées encore consommables. 
•  La loi EGALIM contre le gaspillage alimentaire instaurée en 2018 : elle met en place plusieurs obligations légales et prévoit une amende de 3 750 euros pour les acteurs de la restauration collective et de l’industrie agroalimentaire qui rendent inconsommables les surplus alimentaires dont la date de péremption n’a pas été dépassée.
Les lois anti-gaspillage de 2019 relatives à la loi EGALIM pour s’assurer de la qualité des dons des distributeurs aux associations d’aides alimentaires. 
• L’obligation de communiquer publiquement ses engagements au vu de la lutte contre le gaspillage alimentaire au 1er janvier 2020. 
La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire dite loi AGEC en 2020. Elle prévoit la fin de la mise sur le marché des emballages en plastique à usage unique d’ici 2040. 
La proposition d’une convention de dons alimentaires aux associations pour les collectivités préparant plus de 3 000 repas par jour et ceux de l’industrie agroalimentaire qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions par an. 

Quelles actions mettre en place pour réduire le gaspillage alimentaire ?

Quelques astuces et actions simples pour réduire rapidement le gaspillage alimentaire
- Adapter les portions en fonction des convives en leur laissant la possibilité d’être resservis,
- Organiser une concertation sur le choix des recettes (par le biais de réunions d’échange avec la participation d’élèves) afin de connaître leur préférence et les sensibiliser au gaspillage alimentaire,
- Mettre les entrées en libre-service (pour encourager les convives à adapter leur consommation),
- Sensibiliser le personnel (l’implication de toute l’équipe : gestionnaire des achats, personnel de cuisine, animateurs… sera le levier d’une action efficace et durable),
- Proposer systématiquement des Doggy bag pour les denrées non touchées et non consommées,
- Transformer les menus en fonction des restes de la veille pour créer des recettes anti-gaspillage, comme le pain qui est au centre du gaspillage dans les collectivités. Il peut être facilement réutilisé pour faire de la chapelure, des croutons ou du pain perdu. 

3 - Que faut-il retenir ?  

Un plan d’actions simples peut être mis en place :

Etape 1 : Etablissez votre diagnostic.
Cette étape permettra de mesurer et d’analyser les causes du gaspillage. Différents outils pourront être mis en place afin de garantir les meilleurs résultats (balance pour peser les déchets, grilles de pesées, matériels de tric etc.)
Etape 2 : Définissez les responsabilités de chacun.
Identifiez les personnes qui seront impliquées dans le plan d’action. Répartissez les rôles de chacun.
Si de nombreuses actions sont possibles pour réduire le taux de gaspillage alimentaire, la sensibilisation de tous les acteurs reste essentielle pour une prise de conscience et une mobilisation de chacun.

Le saviez-vous ? 1 milliard de personnes pourraient être nourries chaque année avec la nourriture gaspillée. 15,5 millions de tonnes d’empreinte carbone annuelle causée par le gaspillage alimentaire. 

Ces sujets peuvent vous intéresser

Responsive image HAUT DE PAGE

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.